bebe-naissance-montreal

Cela peut être en partie vrai, mais avec plusieurs nuances. En janvier 2019, le Guide alimentaire canadien a fait peau neuve. En quoi cela a-t-il changé les recommandations pour la femme enceinte ? Depuis votre dernière grossesse, comment pouvez-vous vous assurer que votre bébé bénéficie de l’ensemble des meilleurs nutriments, en fonction des dernières recommandations officielles ? Vous êtes un peu perdue, voire inquiète ? Lisez ce qui suit. D’entrée de jeu, sachez que nous constatons sur le terrain chez Mère et monde que la plupart des mères mangent déjà bien.

 

Moins manger, mais mieux durant une grossesse

Dans le cadre de notre premier cours prénatal sur la grossesse ainsi que dans le chapitre 1 de notre livre, « Nos cours prénataux à la maison », les accompagnantes à la naissance de notre équipe, qui sont également des naturopathes en périnatalité, présentaient jusqu’à tout récemment des portions spécifiques, selon les recommandations officielles. Pour les repas quotidiens des femmes enceintes, elles étaient présentées selon quatre groupes : 7 à 8 portions de fruits et légumes, 2 portions de produits laitiers et ses substituts, 2 portions de viandes et ses substituts ainsi que 6 à 7 portions de produits céréaliers, avec l’ajout de 2 à 3 portions par jour de n’importe quel groupe.

Que devons-nous trouver maintenant dans notre assiette, enceinte ?

Or, le nouveau Guide alimentaire canadien présente trois grandes catégories : fruits et légumes (50 % de l’assiette), aliments protéinés (25 % de l’assiette, qui regroupe, sous une même catégorie, entre autres du tofu, des légumineuses, des produits laitiers, du poisson et de la viande) ainsi que les aliments céréaliers de grains entiers comme du quinoa et du riz sauvage (25 % de l’assiette). Pour la femme enceinte, lors du premier trimestre de la grossesse, le Guide alimentaire canadien recommande trois repas et des collations en ce sens par jour. Lors du deuxième et du troisième trimestre de grossesse, pour répondre à la croissance de son bébé, il est recommandé d’ajouter une à deux collations supplémentaires (une collation étant par exemple, une pomme et une poignée d’amandes). En bref, grosso modo : en comparant l’ancienne version du Guide alimentaire canadien à celle actuelle, il semble être recommandé de manger un peu plus de fruits et légumes ainsi qu’un peu plus d’aliments protéinés de tous genres qu’avant (ex. : noix, légumineuses, lait de vache et\ou de soya, viande et\ou tofu) et un peu moins de produits céréaliers (mais de meilleure qualité). Ça semble être logique, d’autant plus que les femmes enceintes ont des besoins accrus en acide folique, en fer et en protéines durant la grossesse.

« Vegan » ou pas durant la grossesse… selon vos goûts

Depuis 20 ans, chez Mère et monde, tout comme le recommande les autorités officielles, on prône la qualité de l’alimentation des futures mères plutôt que la quantité. Je m’explique. Il est important de manger plus que possible des fruits et des légumes verts et orange, diverses sources de protéines ainsi que des produits de blé entier et des aliments frais et variés. Le but ?  Aller chercher des nutriments de qualité. Il faut aussi privilégier l’eau comme boisson, notamment pour prévenir le diabète de grossesse. Puisque les besoins en vitamines et en minéraux sont grands, même en début de grossesse, nous vous proposons d’examiner avec vous vos habitudes alimentaires, dans le cadre d’une rencontre prénatale. Sans vous culpabiliser, nous nous assurons ainsi que vous consommiez des aliments qui soient entre autres riches en fer (pour prévenir l’anémie prénatale), en acide folique, en calcium, en vitamine B12 et en protéines. Il est aussi recommandé de consommer moins d’aliments transformés et élevés en gras saturés, en sodium et en sucres. Dans le cadre de nos cours prénataux, nous pouvons également vous transmettre des trucs pour que vous arriviez à cuisiner plus régulièrement avec des aliments frais et variés, en fonction de vos goûts et de votre budget. Que vous appréciez davantage la cuisine traditionnelle québécoise ou haïtienne ou que vous soyez « vegan », nous nous adoptons à vous. Par exemple, si vous êtes végétalienne, nous nous assurons notamment de regarder avec vous votre apport en fer, en vitamines B12 ainsi qu’en protéines. Par ailleurs, nous pouvons discuter de quelle manière vous pouvez prendre le temps, en fonction de votre horaire souvent surchargé, de savourer vos repas en famille ou en couple, en sachant reconnaître vos signaux de satiété (autres nouvelles recommandations canadiennes en matière d’alimentation). Si vous éprouvez des troubles alimentaires ou de santé comme le diabète, nous vous référons à votre médecin et à une nutritionniste ; cela va de soi.

Alimentation festive durant une grossesse ?

Vous ne désirez pas vous priver des plaisirs de la table, même en ayant votre bedaine bien arrondie ? Les accompagnantes à la naissance de Mère et monde peuvent répondre à vos questions sur la consommation de certains aliments contre-indiqués comme les fromages au lait cru et vous proposer des alternatives savoureuses et festives (ex. : une fondue au fromage). Idem pour le champagne à troquer pour un moult de pommes rosé ou un cocktail sans alcool. Sur ce, mangez en paix, tout au long de cette grossesse si précieuse à vos yeux !

Vous aimez cet article, n'hésitez pas à le partager