Le réflexe expulsif qui réduit de 22 minutes la durée de l’accouchement : un secret méconnu

durée accouchement accompagnante naissance

Dans les cours prénataux que j’anime chez Mère et monde, les mères me disent régulièrement qu’elles ont peur, durant l’accouchement, de pousser leur bébé et de déchirer leur périnée. Pour les rassurer, je les ramène entre autres à la joie de rencontrer leur petit trésor, animées d’un second souffle, à la fin de leur marathon de l’accouchement, qui aura amené leur col utérin à dilater à 10 cm, avec l’appui de leur partenaire. De plus, je leur dévoile un secret encore trop souvent bien gardé : le réflexe expulsif, qui leur permet de réduire de 22 minutes la durée de leurs poussées, surtout si elles peuvent adopter la position de gravité de leur choix plutôt que de mettre leurs pieds dans les fameux étriers. En effet, lorsque la tête de leur bébé dépasse le niveau des épines sciatiques dans le bassin, un réflexe naturel expulsif se produit. Avant d’amorcer les poussées, il est donc recommandé d’attendre que le bébé descende dans le bassin, avec l’aide des contractions, et que la mère ressente une forte envie de pousser. Celle-ci préservera ainsi son énergie et évitera des efforts expulsifs inutiles. Attendre le réflexe expulsif diminue aussi les risques de ventouse et de forceps. De plus, les études n’ont démontré aucun avantage au fait de guider les femmes dans leur technique de poussées. La méthode de Valsalva connue sous l’appellation « bloc et pousse », qui consiste à faire retenir le souffle aux mères à trois reprises, lors de chaque contraction, augmente les chances de déchirures et diminue l’apport en oxygène chez la mère et le bébé. Cependant, lorsque ce dernier présente des signes de fatigue avec des variations du cœur foetal, cette méthode peut raccourcir la durée des poussées. C’est particulièrement le cas si une péridurale est en cours et que la mère ne ressent presque pas l’envie de pousser, ceci, même si son bébé est bas dans le bassin. Source : le livre  “Nos cours prénataux à la maison”, Éditions de l’Homme. Voici une vidéo rassurante pour bien voir le réflexe expulsif. Âmes sensibles s’abstenir ! Et vous, quelle fut votre expérience ?

By | 2018-02-05T09:48:41+00:00 12 avril, 2017|Accouchement, Conseils pratiques, Cours prénataux|

14 Commentaires

  1. Veronique 16 avril 2017 à 15 h 29 min - Reply

    J’ai bien ressenti ce réflexe expulsif et il faut également attendre qu’il prenne assez de place dans la contraction (surtout pour le premier).

    Par contre, je me suis toujours demandé: a-t-il lieu en cas de péridurale?

    • Isabelle Roy 18 avril 2017 à 9 h 52 min - Reply

      Bonjour Véronique,

      Chaque cas est unique avec une péridurale, notamment en fonction du type d’analgésie utilisée et de la réaction physiologique de la parturiente. Certaines femmes qui ont reçu une péridurale faiblement dosée peuvent ressentir le réflexe expulsif, alors que d’autres, non. Pour en savoir plus, nous vous invitons à faire appel à votre accompagnante à la naissance Mère et monde, de vive voix.

      Cordialement,

      L’équipe de Mère et monde
      https://www.mereetmonde.com
      http://www.coursprenataux.com

  2. Maud Rodrigue 28 avril 2017 à 7 h 44 min - Reply

    C’est vrai, à mon deuxième, j’ai tout refusé, je voulais qu’on me laisse en paix, je gérais super bien. J’ai su exactement quand j’étais à 10cm et j’ai appelé la sage femme. Les contractions de poussées sont arrivées tout de suite après que j’aie crevé mes eaux. J’étais complètement dilatée. J’ai alors refusé de m’étendre sur le lit, j’ai dit: “Il est trop tard, je ne bouge plus”. J’ai donc accouché en m’appuyant sur le lit, j’avais une jambe relevée, un genoux au sol. Le bébé est sorti au complet, d’un coup après seulement 3 bonnes poussées où j’ai tout donné en hurlant de toutes mes forces (parce que je venais de réaliser que ca coupait complètement la douleur) et après m’être dit que je n’aurais pas la force d’endurer la douleur trop vive pendant plus de 30 minutes. Ca a été tellement rapide que le bébé est tombé au sol.

    • Isabelle Roy 5 mai 2017 à 6 h 28 min - Reply

      Merci pour votre témoignage, Maud. À l’avenir, vous pourriez, si tel serait votre désir, rédiger un projet de naissance pour faciliter la communication avec le corps hospitalier. Notre ouvrage, “Se préparer à l’accouchement en sept leçons”, Éditions de l’Homme, qui est disponible tant au Québec qu’en Europe francophone, pourrait possiblement vous intéresser en ce sens. Cordialement, l’Équipe de Mère et monde, https://www.mereetmonde.com et http://www.coursprenataux.com.

  3. Alison 1 juin 2017 à 6 h 36 min - Reply

    Expérience qui m’a semblé être un non sens total et que vous confirmez : je voulais être sur le côté, on m’avait dit oui mais finalement on (sans argument) au dernier moment et on m’a fait enchaîner les poussées bloquées alors que ma fille n’était qu’en partie haute. Résultat j’étais épuisée (la tête qui tourne à force de ne pas pouvoir respirer correctement) et au bout de 15 minutes elle restait aux épines et la gyneco a sorti les forceps. Sauf qu’il n’y avait pas de péridurale, ca faisait des heures que je le disais que je sentais tout (mais les contractions étaient facilement gérable). C’est dommage car je sentais m’a fille engagée qui appuyait et qu’on m’a privée de cette poussée réflexe et que ce qui m’a remplacé est un cauchemar. Je fais encore de la kiné un an et demi plus tard à cause du traumatisme (syndrome miofascial, rectocèle) sans parler du stress post-traumatique… plan de naissance à nanterre pour une 2e bébé très probablement et qu’on ne me parle plus jamais de péridurale même si je me rappelle à quel point la sensation du bébé qui s’engage est déstabilisante/désagréable 😉

    • Isabelle Roy 21 juin 2017 à 13 h 39 min - Reply

      Oh ! Quelle triste histoire. Nous vous invitons à rédiger un projet de naissance en ce sens lors d’un prochain accouchement. La lecture de nos ouvrages pourrait vous aider pour une telle rédaction, “Nos cours prénataux à la maison” (Québec) et “Se préparer à l’accouchement en sept leçons”, Éditions de l’Homme.
      L’équipe de Mère et monde
      https://www.mereetmonde.com
      http://www.coursprenataux.com

  4. Blandine Marie 4 juin 2017 à 5 h 29 min - Reply

    Ca serait bien de préciser :
    * que ça arrive bien plus rarement en mat,
    * que la péri ne fait pas du tout bon ménage avec ce réflexe, car il a besoin de la physiologie le plus souvent pour exister
    * qu’il n’arrive pas tjrs même dans les meilleures conditions …

    • Isabelle Roy 21 juin 2017 à 13 h 35 min - Reply

      Bonjour Blandine, c’est la raison pour laquelle nous invitons les futurs parents à lire nos ouvrages, “Nos cours prénataux à la maison” (Québec) et “Se préparer à l’accouchement en sept leçons”, Éditions de l’Homme afin de rédiger un plan de naissance pour ouvrir la communication avec le corps médical en ce sens. Vous y trouverez également une tonne d’information sur l’accouchement.
      Cordialement,
      L’équipe de Mère et monde
      https://www.mereetmonde.com
      http://www.coursprenataux.com

  5. Meriam 8 juin 2017 à 6 h 09 min - Reply

    merveilleux, merveilleux, deux trois poussées maxi avec un puissant cri et bébé est là, j’ajoute que l’on peut participer à réceptionner son bébé, c’est merveilleux. Finalement la position semi accroupie ou 4 pattes est celle que l’on adopte spontanément quand les mamans sont laissées libre de se positionner comme elle le sente.
    Je recommande également le livre d’isabelle brabant “vivre sa grossesse et son accouchement” ainsi que “le guide de la naissance naturelle” d’ina may gaskin.

    • Isabelle Roy 21 juin 2017 à 13 h 32 min - Reply

      C’est ce qu’on recommande aux mamans que nous accompagnons chez Mère et monde depuis 20 ans. Notez que nous en parlons aussi dans nos livres, “Nos cours prénataux à la maison” (Québec) et “Se préparer à l’accouchement en sept leçons” (Europe), aux Éditions de l’Homme.
      L’équipe Mère et monde
      https://www.mereetmonde.com
      http://www.coursprenataux.com

  6. Sarah 22 septembre 2017 à 8 h 45 min - Reply

    Bonjour, je découvre seulement votre site, à 39+5 de grossesse, donc pas loin d’accoucher de mon premier bébé !

    Je n’ai pas peur de la douleur, j’ai peur de possible déchirures / episio ! Non pas sur le moment même, mais sur l’après et encore … d’où le fait que j’aimerai avoir une péridurale ! Mais j’aimerai l’avoir pas trop dosée pour sentir justement cette descente et avoir la possibilité de sentir les poussées au bon moment …

    Mais beaucoup de personnes ne sont pas très rassurantes quand c’est un premier accouchement ! Dur dur de ne pas voir des scénarios noirs …

    Je continue mes lectures sur, votre site 🙂

  7. Mila 11 janvier 2018 à 3 h 02 min - Reply

    Bonjour,
    Je suis enceinte et c’est mon premier bébé. J’ai peur de l’accouchement par voie basse et je me demande pourquoi les gynécologues évitent de pratiquer la césarienne? Pourtant, elle est moins compliquée de nos jours. Je connais beaucoup de femmes qui ont accouché par césarienne et qui n’ont eu aucun problème de santé. Leurs bébés vont parfaitement bien. Et puis, cette question de manque d’oxygène et ventouse me terrifie. Heureusement que la péridurale existe. Ça me rassure un peu.

Ecrire un commentaire

Veuillez compléter le champ CAPTCHA *