Se préparer à l’allaitement, c’est aussi se bâtir un réseau de soutien

L’allaitement… quel sujet! Source de bonheur, de fierté, et de satisfaction pour l’une, d’angoisse pour l’autre, ou de frustration et de culpabilité pour sa voisine. On en parle comme de quelque chose qu’on réussit ou qu’on échoue. C’est une corde sensible pour beaucoup de femmes ayant connu des difficultés. La santé publique a voulu promouvoir l’alimentation physiologique des nouveau-nés ces dernières années avec un résultat, à mon avis, très mitigé. Les mères souhaitent allaiter de plus en plus, davantage conscientes que l’allaitement n’est pas qu’un mode d’alimentation. De l’autre côté, on leur martèle les bienfaits et les avantages du lait de maman sous forme de pub. Je me plais à dire qu’on vend l’allaitement à coups de pancarte. Mais il est où le service après-vente? Elles sont où les ressources quand ça ne va pas? Croyez-vous vraiment que la « non-réussite » d’un allaitement est la responsabilité d’une seule personne, soit la mère ou le bébé? Non, si les femmes connaissent des difficultés et se tournent vers d’autres solutions, les préparations, c’est un peu de la faute de tout le monde. Parce que je suis convaincue que la base de l’allaitement heureux, ce n’est pas une position optimale ou une maman qui pète la forme, c’est un réseau de soutien fiable et tissé serré. Et ce réseau inclut autant la famille immédiate que les professionnels dans le domaine. Faites votre réseau dès maintenant, future maman!     (suite…)