aaccompagnement-naissance-cours-prenataux
Mere et Monde Youtube
Mere et Monde facebook
.

Rééduquer son plancher pelvien (Kegel) pour prévenir des pertes urinaires après l’accouchement

À la suite de l’accouchement, il se peut que les muscles du plancher pelvien de la mère aient subi un étirement, voire un déchirement ou une épisiotomie. Au moment où le périnée ne sera plus douloureux, il sera important que la mère renforce son plancher pelvien. Exécuter des exercices de Kegel prévient ou corrige des pertes urinaires ainsi qu’une descente d’organes tel que l’utérus (Source : « Nos cours prénataux à la maison », Éditions de l’Homme, chapitre 6). Il n’est pas recommandé de reprendre l’exercice physique avec son bébé, avant d’avoir procédé à cette rééducation importante des muscles du périnée. (suite…)

Le réflexe expulsif qui réduit de 22 minutes la durée de l’accouchement : un secret méconnu

durée accouchement accompagnante naissance

Dans les cours prénataux que j’anime chez Mère et monde, les mères me disent régulièrement qu’elles ont peur, durant l’accouchement, de pousser leur bébé et de déchirer leur périnée. Pour les rassurer, je les ramène entre autres à la joie de rencontrer leur petit trésor, animées d’un second souffle, à la fin de leur marathon de l’accouchement, qui aura amené leur col utérin à dilater à 10 cm, avec l’appui de leur partenaire. (suite…)

Par | 12 avril, 2017|Accouchement, Conseils pratiques, Cours prénataux|

Manger et boire ou un soluté de glucose durant l’accouchement ?

Lors d’un récent cours prénatal privé que j’ai animé auprès d’un couple de parents résidant à Québec via une plate-forme Internet interactive, le père m’a demandé mon avis au sujet d’une récente étude, qui a été publiée sur les bienfaits du soluté de glucose durant l’accouchement. Selon les résultats de cet essai clinique réalisé par des chercheurs de l’Université de Sherbrooke au Québec, par l’entremise de cette pratique, la durée du travail serait réduite de 76 minutes en moyenne. Fait important concernant cette étude : les sujets devaient toutes se faire provoquer pour des raisons médicales. Sans remettre en cause les bienfaits du glucose par rapport au sel, mis en évidence dans cette étude auprès d’un certain groupe de parturientes, je me suis permise de rappeler aux futurs parents la recommandation de la SOGC dans le cadre d’accouchements non à risque : « Il est recommandé que la mère mange et boive en petites quantités, au cours des premières phases du travail, pour éviter qu’elle se déshydrate et pour qu’elle conserve ses forces. » (suite…)

Comment le père peut-il aider sa partenaire qui allaite, après l’accouchement ?

Saviez-vous qu’une mère qui décide d’allaiter son bébé peut consacrer jusqu’à 14 heures par jour à cette activité, dans les premiers jours après l’accouchement ? C’est pourquoi, dans leurs cours prénataux, les accompagnantes de Mère et monde recommandent à ces mères de s’adonner principalement à trois activités durant cette période : se nourrir de la même manière que durant la grossesse (lire le chapitre 1 de notre livre pratique, « Nos cours prénataux à la maison », Éditions de l’Homme), allaiter plus de 8 fois par jour, à la demande de leur bébé, et dormir en même temps que lui, ici et là, de jour comme de nuit. (suite…)

Bouger durant l’accouchement pour rencontrer son bébé rapidement ?

Mere et monde accouchement naissance

Saviez-vous que le fait de bouger durant l’accouchement permet de réduire de quelques heures le temps total de travail ? En effet, le fait de marcher, d’adopter des positions avec le ballon ou pas, voire de danser, permet grâce à la gravité, de favoriser la descente de votre bébé dans le bassin. (suite…)

Avez-vous eu un rôle actif durant l’accouchement de votre partenaire ?

Mere et monde accouchement naissance

À titre d’auteur de nos guides pratiques sur l’accouchement, « Nos cours prénataux à la maison » (Québec) et « Se préparer à l’accouchement en sept leçons » (Europe), Éditions de l’Homme, je fus récemment invitée à l’émission radiophonique belge, « La vie du bon côté » (RTBF) pour parler du rôle du partenaire durant l’accouchement. Le téléphone n’a pas arrêté de sonner positivement dans ce sens ! On remarque que les pères d’aujourd’hui prennent à coeur la naissance de leur bébé, tant au Québec qu’en Europe. (suite…)

L’accompagnante à la naissance (consultante en périnatalité) : quel est son rôle ?

Mere et monde accouchement naissanceAu sein de l’École internationale, Mère et monde, nous proposons depuis 20 ans des formations approfondies pour devenir accompagnante à la naissance (consultante en périnatalité) dans des locaux au Collège de Rosemont à Montréal, Québec (Canada). Nos pédagogues, qui sont des intervenantes avec une grande expérience au sein de maternités québécoises, animent aussi des formations, par l’entremise d’une plate-forme Internet interactive. Grâce à l’avancement des nouvelles technologies, elles peuvent maintenant transmettre leur savoir-faire et leur savoir-être ainsi qu’échanger, via webcam, avec des étudiantes résidant ailleurs au Canada ainsi qu’à l’étranger. Nos pédagogues se font un devoir d’enseigner, dans un cadre rigoureux tant à un niveau théorique que pratique, à de nouvelles intervenantes en périnatalité, partout dans le monde, en fonction des particularités de leur région. Elles s’y adonnent avec beaucoup de professionnalisme et de passion. Elles accompagnent nos étudiantes, peu importe qu’elles aient déjà eu des enfants ou pas. Nos étudiantes doivent avant tout avoir à cœur le bien-être des parents et présenter des aptitudes en relation d’aide, dans l’écoute active, l’empathie et le non jugement. Elles doivent aussi être en mesure de présenter aux parents de l’information mise à jour, en fonction des dernières recommandations médicales. Puisque le rôle de l’accompagnante à la naissance (consultante en périnatalité) n’est pas toujours clair pour monsieur et madame tout le monde, voici un billet qui y est consacré. Qui sait, peut-être découvrirez-vous une nouvelle vocation ? (suite…)

Accoucher au Québec, en France ou en Belgique ?

À titre de journaliste, d’auteur de nos guides pratiques « Nos cours prénataux à la maison » (version québécoise) et « Se préparer à l’accouchement en sept leçons » (version européenne) ainsi que formatrice en périnatalité au Québec (Canada) et en ligne, j’ai eu l’occasion de séjourner à plus d’une reprise en Belgique et en France depuis 20 ans. Certaines femmes enceintes me demandent dans quel pays il est mieux d’accoucher. Je leur dis qu’on ne peut pas répondre à la question de manière générale. J’ai en effet remarqué à plus d’une reprise que le savoir-faire québécois était généralement bien reconnu en périnatalité. Cela dit, une réalité n’est jamais parfaite, tout dépend de la préparation que reçoivent les parents dans les cours prénataux et du type d’accouchement vécu et cela, qu’on donne naissance dans n’importe quel pays ! Chaque région, voire chaque maternité, comporte ses avantages. Voici néanmoins quelques-uns de mes coups de cœur concernant les accouchements au Québec et en Europe francophone :

Au Québec

1. Le plan de naissance et la possibilité de boire et de manger légèrement durant un accouchement
La rédaction d’un tel plan de communication entre les futurs parents et leur médecin est une activité en vogue au Québec et cela, depuis déjà plus d’une vingtaine d’années. Dans un tel document, en fonction des recommandations de la Société des gynécologues et des obstétriciens du Canada (SOGC), ils peuvent notamment demander à ce que la mère boive et mange légèrement en début de travail pour avoir plus d’énergie pour marcher et adopter des positions d’accouchement (et ainsi favoriser la descente du bébé dans le bassin). Lors d’accouchements sans complications, les mères peuvent aussi demander une surveillance du cœur fœtal de manière intermittente, ce qui augmente considérablement leur confort durant l’accouchement. On remarque même qu’un nombre grandissant d’hôpitaux recommandent aux futurs parents de rédiger un plan de naissance et tentent de respecter les principales demandes des parents durant l’accouchement, dans la mesure du possible (ex. : adopter des positions autres que celle obstétrique durant les poussées du bébé). La plupart d’entre eux allègent aussi de plus en plus leur protocole hospitalier de manière à favoriser la physiologie de l’accouchement (ex. : permettre à la mère de boire et de manger légèrement durant l’accouchement).

2. La possibilité d’être accompagnée par de tierces personnes intimes durant l’accouchement
Pour optimaliser l’accompagnement personnalisé de la mère en fonction de ses besoins durant toute la durée de l’accouchement, la grande majorité des maternités québécoises permettent à la mère d’être accompagnée par le père, mais aussi par de tierces personnes (ex. : la grand-mère, une amie et\ou une accompagnante à la naissance professionnelle), en complément du suivi médical assuré par les infirmières et les médecins. D’ailleurs, une importante étude a déjà démontré que la présence continue d’une accompagnante à la naissance permet de réduire de 50 % le taux de césariennes, de 25 % la durée du travail, de 40 % l’utilisation d’ocytociques et de 30 % celle des forceps. (suite…)

Clampage du cordon ombilical durant l’accouchement : oui ou non ?

Au cours des 20 dernières années, dans le cadre de cours prénataux, les accompagnantes à la naissance de Mère et monde ont informé les parents qu’ils pouvaient entre autres demander un clampage tardif du cordon ombilical, après la naissance de leur bébé. Pourquoi ? Quels sont les avantages de clamper précocement ou tardivement le cordon ombilical ? Et surtout, quel sera votre choix ? (suite…)

Est-ce que les médecins consultent le plan de naissance durant l’accouchement ?

Billet écrit par Jessie Jalbert – Mis à jour le 22 février 2016

Le plan de naissance. Le terme circule sur Internet mais peu de futurs parents savent à quel point il s’agit d’un outil de communication hors pair lors de l’accouchement. On peut croire, à tort, qu’il est réservé aux femmes enceintes qui souhaitent éviter toute intervention médicale ou à celles qui se font un scénario béton de l’accouchement. En réalité, peu importe votre situation (premier bébé, jumeaux, césarienne, etc.), le plan de naissance aura son utilité. Tour d’horizon pour que vos demandes dans le plan de naissance soient respectées durant l’accouchement par les infirmières et le médecin de garde, dans la mesure du possible. (suite…)