L’allaitement… quel sujet ! Source de bonheur, de fierté et de satisfaction pour l’une, d’angoisse, de frustration ou de culpabilité pour l’autre. On en parle comme de quelque chose qu’on réussit ou qu’on échoue. C’est une corde sensible pour beaucoup de mères ayant connu des difficultés. La santé publique québécoise a promu l’alimentation physiologique des bébés ces dernières années. Les mères souhaitent allaiter de plus en plus, davantage conscientes que l’allaitement n’est pas qu’un mode d’alimentation. On leur martèle les bienfaits et les avantages de l’allaitement, sous toutes ses formes. Mais saviez-vous que le soutien de la mère à l’allaitement augmente les chances d’avoir de bonnes montées de lait ?

Billet rédigé par Jessie Jalbert- Mis à jour le 14 avril 2016

Un allaitement, ça se prépare dans des cours prénataux durant la grossesse

Effectivement, si les femmes connaissent des difficultés et se tournent vers des professionnels de la lactation, il y a moins de chances qu’elles se tournent vers des préparations commerciales pour nourrissons, après l’accouchement. Je suis convaincue que la base d’un allaitement heureux, ce n’est pas seulement une position optimale, c’est un réseau de soutien fiable et tissé serré. Et ce réseau inclut autant le conjoint, la famille immédiate que les professionnels en allaitement. Saviez-vous qu’une femme qui allaite peut quelquefois consacrer jusqu’à 12 heures par jour à cette pratique ? Développez votre réseau d’entraide en vue de l’allaitement durant votre grossesse, future maman, ça fera toute la différence !

Se préparer à l’allaitement, c’est d’abord et avant tout s’entourer des bonnes personnes. Vous avez besoin qu’on vous parle de la physiologie, du fonctionnement de la lactation, et des rythmes du nouveau-né durant les premiers jours, les premières semaines suivant l’accouchement. Vous devez avoir l’image d’un bébé au sein. On doit vous aider à bâtir une confiance en vous et en votre bébé. Exit l’idée que les nourrissons sont faibles et fragiles. Exit le concept de la mère incompétente. Saviez-vous que la très grande majorité des mères ont la capacité physiologique d’allaiter leur bébé ? Mais pour favoriser cela, il faut avoir un bon démarrage de l’allaitement. Or, chaque mère, chaque bébé est différent. Chaque allaitement est unique. Il est important d’avoir des repères pour vous guider durant les premiers temps, bien entendu, mais il n’existe aucune formule magique ni recette. Votre partenaire devrait être impliqué dans la préparation à l’allaitement afin de pouvoir vous soutenir correctement en temps et lieux. À cette étape, avant la naissance de votre bébé, vous pouvez opter pour des cours prénataux avec une intervenante compétente, comme une accompagnante à la naissance certifiée au centre de maternité Mère et Monde. Les divers regroupements d’allaitement à travers la province, les marraines d’allaitement et certains ouvrages et DVD du Dr Jack Newman ou alors de La Leche (et j’en passe) viendront compléter et solidifier votre confiance et vos connaissances. Il est primordial de conserver les coordonnées des personnes qualifiées avec lesquelles vous avez établi une relation de confiance en prévision de la période postnatale. Ce n’est pas quand ça va mal qu’il est temps de faire ses recherches !

Une accompagnante durant l’allaitement ?

Après l’accouchement, il existe diverses ressources dans le réseau pour vous soutenir : les accompagnantes à la naissance, les marraines d’allaitement, les consultantes en lactation, les sages-femmes, certains médecins, les infirmières du milieu hospitalier, les infirmières du CSSS ou encore les ateliers d’halte-allaitement offerts à ces mêmes endroits. Si votre besoin de soutien n’est pas répondu, si vos difficultés persistent, si l’allaitement n’est pas optimal et que vous doutez, allez chercher plus loin. N’hésitez surtout pas à donner un coup de fil à votre accompagnante à la naissance. Rejoignez vos personnes de confiance. Il ne faut jamais, au grand jamais, demeurer seule avec ses problèmes. Les débuts de l’allaitement peuvent être plus ardus, mais dites-vous bien que la douleur ou l’anticipation des tétées ne sont jamais normales. Alors, au moindre doute, demandez à ce que l’on vienne y jeter un coup d’œil. Une accompagnante à la naissance pourrait même se déplacer rapidement à votre domicile pour vous soutenir, ce qui pourrait faire toute la différence ! Au besoin (lors de problèmes très précis), elle vous référera à une consultante en lactation.

L’allaitement est un partenariat mère-enfant, un travail d’équipe. En vous entourant des professionnels adéquats qui vous donneront confiance en vous et en votre bébé, vous mettrez toutes les chances de votre côté. Ne perdez pas espoir en matière d’allaitement, les choses finissent toujours par s’arranger ! Sachez aussi que des mères n’éprouvent jamais de difficultés majeures en matière d’allaitement. Et si vous décidiez d’arrêter l’allaitement, votre accompagnante à la naissance chez Mère et monde ne vous jugera jamais. Vous ne serez pas pour autant une mère indigne ! Ne l’oubliez pas.