Mere et monde accouchement naissance

Les nausées et vomissements de grossesse (NVG) sont, selon moi, parmi les pires malaises de grossesse. Non seulement ils sont franchement désagréables, mais ils peuvent aussi vous empêcher de fonctionner et vous rendre la vie misérable. J’en sais quelque chose… On dit qu’environ la moitié des femmes enceintes en souffrent durant la grossesse, mais personne n’arrive à en identifier la cause exacte. Ce n’est sûrement pas juste une question d’hormones, donc. C’est ce qui explique probablement pourquoi plus ou moins 20% des femmes atteintes de NVG expérimentent encore avec grand plaisir les symptômes après 12 semaines de grossesse. À défaut de pouvoir les éliminer complètement, il y a tout de même quelques façons de les atténuer ou de faciliter votre quotidien avec les nausées de grossesse. C’est aujourd’hui que mon expérience en « hymne à la toilette » sert à quelque chose !

 

Billet rédigé par Jessie Jalbert – Mis à jour le 14 janvier 2016 

Bien respirer et savoir s’arrêter durant les nausées de grossesse

Généralement, les NVG apparaissent autour de 7 semaines de grossesse et surviennent à toute heure. Elles viennent en combo avec la fatigue. Cette dernière exacerbant les maux de cœur, on se retrouve avec un mélange explosif. La première chose que je conseille est de se reposer le plus possible. Si vous ne pouvez pas faire de sieste, déposez au moins votre tête sur le bureau et fermez les yeux quelques minutes. Sortez dehors pour prendre l’air régulièrement, et pratiquez de grandes respirations abdominales à tout moment de la journée, idéalement durant 5 à 10 minutes à chaque fois. Le truc fonctionne bien aussi quand la nausée est spontanée : fermez les yeux en inspirant profondément et demandez-vous ce qui monte exactement. Parfois, c’est beaucoup plus un mélange d’émotions qui veut sortir, que votre sandwich au thon…  Vous accorder du temps pour vivre et exprimer ce que vous ressentez à l’issue de la grande nouvelle pourrait bien vous éviter quelques petites remontées acides. Pensez-y !

De la tisane de gingembre à l’eau citronnée durant la grossesse

Vous avez fait le ménage dans vos émotions et vous avez toujours le cœur à la flotte ? Garder un petit flacon d’huile essentielle de citron à portée de main pourrait être salvateur. Vous ne devez pas en ingérer. Vous devez plutôt humer l’huile essentielle de citron. Elle apaise souvent la nausée. Certaines femmes disent la même chose du gingembre. Vous pouvez en respirer l’odeur, vous en faire une tisane, en mâcher un morceau carrément (le gingembre mariné dit « à sushis » est moins piquant) ou le laisser dans votre bouche quelques minutes, ou encore le prendre sous forme de capsules. Ses effets anti-nauséeux ont été démontrés déjà, sans toxicité rapportée si on respecte le dosage. Boire souvent, entre les repas, est important. Une eau citronnée passe aussi bien, mais évitez-la si vous souffrez de reflux gastrique. Évitez également l’eau très froide parce qu’elle peut provoquer des maux de cœur, et abstenez-vous de boire en mangeant. Pas toujours facile sauf que ça fait une différence ! Les eaux pétillantes soulagent certaines femmes durant la grossesse, et empirent les symptômes des autres. À vous de voir…

Des biscuits secs aux nouilles pour soulager les vomissements de grossesse

Le salé semble faire l’unanimité pour calmer ce malaise de grossesse. Les biscuits secs, les nouilles sans assaisonnement, les légumes légèrement cuits (crus, ils sont plus difficiles à digérer et peuvent amplifier la nausée) et les bouillons sont tous des aliments assez passe-partout. Ce que je vous conseille par contre, c’est de manger ce dont vous avez envie, sans culpabiliser. Oui vous voulez offrir le meilleur à votre enfant, oui le premier trimestre de grossesse est important, mais la tête dans la « bille », tout est relatif. Si à peu près rien ne rentre ou ne reste, autant manger ce qui vous tente un peu. Vous avez des réserves nutritionnelles et cette période ne dure généralement pas trop longtemps. Ne vous inquiétez pas non plus des effets des vomissements ici et là : à moins de vomir constamment tout ce que vous ingérez, il y a peu de risques. Bien entendu, si les vomissements durant la grossesse sont persistants, il est recommandé d’en parler à votre médecin pour prévenir un risque de déshydratation avant l’accouchement.

L’acupuncture, une alliée contre les nausées de grossesse

L’acupuncture est reconnue pour atténuer les nausées de grossesse. N’hésitez pas à l’essayer, vous pourriez voir votre misère s’envoler ! Assurez-vous de choisir un thérapeute qualifié et suivez ses recommandations quant au nombre de visites et leur fréquence. Si vous préférez l’acupression, vous pouvez vous procurer un bracelet conçu pour le mal des transports en boutique. Il existe des médicaments conçus spécifiquement pour les NVG, discutez-en avec votre donneur de soins si les méthodes de premier recours ne fonctionnent pas, avant l’accouchement.

En plus des trucs énumérés plus haut, je vous conseille d’éviter si possible les repas commerciaux préparés d’avance et les produits parfumés, autant ceux d’hygiène corporelle que les produits d’entretien ménager. N’hésitez pas à changer de dentifrice si le goût du vôtre vous donne des haut-le-cœur durant la grossesse. Beaucoup de femmes trouvent d’ailleurs le brossage dentaire pénible à cette période : ajustez la façon de faire, et la durée. Ce n’est pas la fin du monde si vous arrêtez de vous brosser la langue durant quelques semaines durant la grossesse !

En parler à son médecin et à son accompagnante à la naissance durant la grossesse

Il existe d’autres façons d’apaiser les nausées de grossesse, je vous invite à ne pas souffrir inutilement et à en parler avec votre accompagnante à la naissance. Si jamais vos nausées et/ou vos vomissements vous empêchent de fonctionner, ou que vous n’arrivez pas à garder quelque nourriture que ce soit, parlez-en à un professionnel de la santé pour voir quelles sont vos options. Il y a des solutions très efficaces en dernier recours, avant l’accouchement, ne vous découragez pas !