Mere et monde accouchement naissanceÀ titre d’acupuncteur spécialisé pour les femmes enceintes, je me joins à l’équipe de spécialistes du blogue de Mère et monde pour alimenter des sujets en lien avec la grossesse, l’accouchement et les soins au bébé. Pour amorcer ma collaboration, je jugeais nécessaire d’expliquer en quoi l’acupuncture peut aider la femme enceinte durant la grossesse et l’accouchement.

La vie c’est le mouvement. Ce précepte est la base de l’acupuncture. La grossesse est une période d’intense activité durant laquelle tous les mouvements énergétique, physique et psychique sont amplifiés et doivent être fluides, sans entrave. Heureusement le corps connaît la voie à suivre, tout au long de la grossesse. Comme le gland connaît le chemin pour devenir un chêne majestueux, le corps de la femme enceinte connaît le chemin pour donner la vie. Le travail de l’acupuncteur sera donc de permettre ce qui doit être, simplement en assistant le mouvement naturel.

L’acupuncture, c’est quoi ?

Selon l’Ordre des acupuncteurs du Québec, le traitement d’acupuncture est entre autres constitué par l’implantation et la manipulation de fines aiguilles sur certaines zones déterminées de la peau, des muqueuses ou des tissus sous-cutanés du corps humain, nommés points d’acupuncture.

L’acupuncteur traite la personne en s’adressant à sa dimension énergétique, en supportant ou en stimulant son organisme, en l’aidant à s’adapter et à retrouver son équilibre. Cela lui permet autant que faire se peut, de se réparer lui-même, en complément d’un suivi médical conventionnel.

De l’infertilité aux nausées de grossesse

Justement parce qu’elle stimule le mouvement naturel de la vie et qu’elle aide la femme dans son adaptation aux grands bouleversements de la gestation, l’acupuncture peut jouer un rôle de premier plan dès la fécondation, dans le déroulement harmonieux de la grossesse ainsi que lors de l’accouchement.

En régularisant le cycle menstruel, l’acupuncteur peut harmoniser l’utérus, favorisant la fertilité et renforçant une bonne implantation du fœtus. D’ailleurs, quelques cliniques médicales de fertilité intègrent l’acupuncture dans leur protocole de traitements, évitant ainsi les fausses couches et les menaces d’un travail prématuré durant la grossesse.

Tout au long de la grossesse, l’acupuncture est une alliée, que ce soit pour contrer les nausées de grossesse, l’angoisse et l’anxiété, les sciatiques, les douleurs lombaires ou pelviennes, ou pour stimuler l’apport en liquide amniotique dans l’utérus. Une grande réussite de l’acupuncture concerne le repositionnement du bébé en cas de siège. Entre la 30e et la 34e semaine de grossesse, le taux de réussite est optimal.

Favoriser l’accouchement naturel

De plus, quelques hôpitaux et obstétriciens incluent des acupuncteurs dans leurs équipes durant l’accouchement. C’est que l’acupuncture favorise le déclenchement naturel du travail, stimule la maturation du col utérin et du périnée, stimule les contractions, favorise la descente du bébé, régularise le travail, tout en favorisant un accouchement naturel ! L’effet calmant induit par les aiguilles s’avère en effet favorable au bon déroulement du travail durant l’accouchement. L’assistance de l’acupuncture permet donc de réduire le recours à des interventions médicales comme la  péridurale et la césarienne.

De la dépression post-partum à l’allaitement

Même après l’accouchement, l’acupuncture est précieuse pour soutenir la femme dans sa récupération post accouchement, de manière à prévenir la dépression post-partum et en stimulant son énergie. La douleur reliée à des troubles de l’allaitement et des seins comme la mastite peut aussi être soulagée avec l’acupuncture.

Et vous, en quoi l’acupuncture vous a-t-elle aidée durant la grossesse et l’accouchement ?