Quand je pense jumeaux, j’ai souvenir d’un papa en particulier. Je les accompagnais, sa femme et lui, pour une deuxième fois. La grossesse était jeune encore, premier trimestre. Il m’appelle un après-midi alors que sa belle est à l’extérieur:

– Jessie, ça ne va pas.

– Qu’est-ce qu’il y a? Vous avez eu l’écho? Le bébé va bien?

– Justement! Y’en n’a pas un! Y’en a deux, bébés!

Le pauvre, que de désarroi… Je percevais à la fois la joie (ça nous arrive à nous!) et le désespoir dans sa voix. Des jumeaux! Comment on va faire??      

 

Les mots-clés pour préparer l’arrivée d’un multiple de bébés sont préparation et organisation. Et ça commence bien avant la naissance! Dès le début du troisième trimestre, vous voudrez sans doute changer la disposition des meubles dans la maison pour optimiser le confort de la maman, même si elle n’est pas alitée, et pour vous rendre la vie plus facile. Ce qui importe lorsque les petits débarqueront dans votre foyer, ce n’est pas que leur chambre soit bien décorée! C’est que votre demeure soit adaptée à votre nouvelle réalité; lit(s) des poupons dans votre chambre, ou encore parc et divan-lit au salon, fauteuil confortable et coussins en abondance, collations prêtes-à-manger dans un plat près dudit fauteuil pour se nourrir en tout temps (parce qu’il n’y a jamais de « meilleur moment »), station de changement de couches avec tout le nécessaire au même endroit et du divertissement à portée de main pour les parents.

Évidemment, il faut se bâtir un réseau de soutien. On vous propose de l’aide dans votre entourage? Acceptez-la et n’hésitez pas à attribuer des tâches spécifiques à chacun selon leurs disponibilités et ce qu’ils sont prêts à offrir. Faites une liste de vos besoins, ou du moins ceux auxquels vous pensez (sans oublier ceux qui viennent de pair avec l’hospitalisation en cas de prématurité) et vous vous ajusterez en cours de route : petits plats congelés, faire les courses ou un brin de ménage et une brassée de lavage, sortir le chien, faire une activité spéciale avec les aînés ou les divertir pendant que vous faites autre chose, une coupe de cheveux de l’amie coiffeuse, etc.
Ne reste plus qu’à jumeler la liste d’offres et celle de demandes! Votre accompagnante à la naissance pourra vous aider à la rédaction d’un calendrier postnatal, outil fort pratique à mettre en place durant la grossesse pour optimiser l’aide et les ressources dans les semaines et les mois suivants l’accouchement. Les services de relevailles et d’aide à domicile vous donneront également un franc coup de main. Pensez-y!

L’allaitement de vos jumeaux, ou plutôt la logistique des tétées vous effrait? C’est tout à fait normal. Il existe plusieurs façons de procéder – allaitement à l’éveil, à l’horaire, d’un bébé à la fois, des deux en même temps, un sein/un bébé ou encore on alterne avec les tétées, allaitement exclusif, allaitement mixte avec des préparations pour nourrissons ou préparations seulement – et elles ne vous conviennent ni ne conviennent toutes à vos petits. En effet, bien qu’il y ait deux bébés plutôt qu’un seul, leurs besoins respectifs ne changent pas. Cela demande des ajustements et de l’adaptation. Des cours prénataux axés sur votre réalité vous aideront à y voir plus clair et à mieux vous préparer. Par la suite, vous pourrez modifier votre façon de faire selon vos préférences et les leurs. Essais et erreurs, rien n’est coulé dans le béton! De très bonnes ressources sont disponibles, entre autres avec l’Association des parents de jumeaux et triplés de la région de Montréal (APJTM) et de Québec (APJQ), ou avec les organismes de soutien à l’allaitement maternel locaux. Le livre de Gisèle Séguin, Jumeaux : mission possible (CHU Ste-Justine) est bien apprécié des parents, ainsi que Le guide des jumeaux : la conception, la grossesse, l’enfance (Odile Jacob), rédigé par plusieurs auteurs. En librairie, vous trouverez de nombreux ouvrages destinés à préparer les autres enfants à l’arrivée du duo. Je présente d’ailleurs plusieurs idées à cet effet, dans mon texte Seconde grossesse : quand on craint notre réaction et celle de l’aîné.

Je termine en faisant une parenthèse sur l’accouchement, que je détaillerai dans un prochain billet publié vers la fin janvier. Les grossesses gémellaires sont souvent traitées comme étant à risque, et l’accouchement ne fait pas exception. Toutefois, sachez qu’il est tout à fait possible d’avoir un accouchement beaucoup plus près de ses valeurs et de ses désirs, en sélectionnant soigneusement son centre hospitalier et son donneur de soins. Plusieurs choix s’offrent alors à vous selon l’endroit, par exemple la poussée en chambre de naissance au lieu de la salle d’opération, en collaboration avec le personnel. Pour plus d’informations, voyez avec votre accompagnante à la naissance ou votre médecin.

Et puis parents de jumeaux, quels ont été vos trucs sauve-la-vie à l’arrivée de vos trésors?