Oubliez la météo des dernières semaines (même si votre jardin détrempé vous le rappelle encore), la belle saison est arrivée! Les occasions de passer du bon temps à l’extérieur se multiplient au plus grand bonheur de tous… Mais comme été rime avec soleil ardent, chaleur parfois intense et moustiques, certaines précautions devront être prises pour le premier été de Bébé en plein air. Évidemment, vous savez qu’il ne faut pas exposer votre jeune enfant au soleil direct ou qu’il est préférable de le maintenir dans un endroit frais lors des canicules. Connaissez-vous pour autant ce qui se cache dans certaines crèmes solaires, par exemple? Petit guide estival pour vous simplifier la vie.   

Le soleil et les écrans solaires

Mère et monde, centre de maternité

Mère et monde, centre de maternité

Notre relation amour/crainte du soleil est amplifiée lorsqu’il s’agit d’y exposer la peau fragile de notre bébé. Avec raison, puisque celle-ci est beaucoup plus mince que la nôtre et brûle facilement. Oui, un nouveau-né peut voir sa peau souffrir d’une brûlure très sévère avec une simple exposition solaire. Il convient donc de mettre en pratique les trucs d’usage, soit de tenir un enfant de moins d’un an à l’écart du soleil, de protéger sa peau avant tout de vêtements tissées longs et couvrants (et secs), et de toujours bien couvrir sa tête. On ne recommande pas l’usage de crème solaire avant l’âge de 6 mois principalement à cause d’une potentielle réaction allergique. J’ajouterais que ces crèmes donnent un faux sentiment de sécurité. L’application n’est parfois pas réglementaire (quantité non suffisante, intervalles d’applications trop éloignées) et elle peut faire oublier les risques encourues par la peau fragile. Avec un écran solaire, les parents peuvent avoir tendance à exposer leur enfant durant les heures où le soleil est le plus dommageable, soit entre 11 heures et 16 heures. Plus le FPS est élevé, plus on observe de comportements à risque. D’ailleurs, les produits affichant un facteur de protection de plus de 50 sont montrés du doigt et ne sont plus recommandés.

Les écrans solaires n’ont rien d’un bouclier à toute épreuve. Beaucoup d’entre eux ne sont pas stables pour la protection contre les UVA qui eux ne laissent pas de dégâts immédiats visibles, comme un coup de soleil. Certains ingrédients peuvent poser de réels risques pour la santé à un point tel que des experts en sont venus à la conclusion qu’ils annulaient les bénéfices des crèmes solaires pour la santé ((Krause 2012, Schlumpf 2010). Prenez l’oxybenzone par exemple. Celui-ci pénètre la peau, se retrouve dans le sang et peut causer de sérieuses allergies. Il a aussi la réputation de perturbateur endocrinien, parce qu’il mimique l’estrogène une fois dans le corps. Ce n’est pas rien. Des études ont démontré un lien avec l’endométriose et les bébés filles nées avec un petits poids (Kunisue 2012, Wolff 2008). Il est dépistable dans le lait maternel et dans l’urine… L’avobenzone n’est pas stable une fois exposé au soleil et nécessite l’ajout d’autres produits chimiques qui agissent aussi comme perturbateurs endocriniens. Les écrans minéraux sont plus sûrs, mais plus difficiles à trouver en région et plus chers. Éviter les produits en vaporisateur qui posent un réel risque d’inhalation et ceux contenant de la vitamine A, du retinyl palmitate, puisque cette dernière provoquerait une croissance accélérée des lésions et tumeurs de la peau. Je vous suggère très fortement de visiter le site de l’Environmental working group (EWG) puisqu’il est une mine d’informations pour vous aider à choisir un écran solaire ou des produits de soins cosmétiques. Malheureusement, le site est en anglais.

La chaleur

Tous les bébés, mais plus particulièrement ceux de moins de 3 mois, ont une certaine difficulté à réguler leur température. C’est votre responsabilité de veiller à ce que le vôtre soit confortable. Demeurer à l’ombre ou à l’air climatisé sont de bons conseils. Pensez trimballer un brumisateur ou un vaporisateur avec vous pour le rafraîchir. Un seau de glace placé devant un ventilateur rafraîchira l’air de la pièce. Offrez à boire plus souvent, évidemment. Les bébés exclusivement allaités tèteront fréquemment mais peu longtemps. Inutile de leur offrir de l’eau.  N’hésitez pas à le baigner en eau tiède plusieurs fois dans la journée, jamais en eau fraîche/froide par contre. Ceci pourrait aggraver l’effet de la chaleur ambiante ou causer un choc.

Comment habiller le petit pour aller à l’extérieur en cette température?  Il faut trouver un équilibre entre le couvrir de façon adéquate pour éviter les rayons du soleil et choisir les bonnes matières pour qu’il évacue sa chaleur convenablement. Les vêtements de coton devraient être un premier choix. Une simple couche suffit à l’intérieur s’il fait très chaud. Par contre, si votre domicile est climatisé, pensez à habiller l’enfant un peu plus. Il convient d’éviter les contrastes de température, comme grande chaleur/ magasin très frais, ou encore bébé fraîchement sorti du bain/ pièce climatisée.

Les moustiques

Les différents produits d’insectifuges offerts semblent se reproduire aussi vite que les moustiques eux-mêmes. Je suis personnellement très frileuse à leur utilisation. S’ils posent un danger lorsqu’ingérés, je ne vois pas pourquoi j’en mettrais sur la peau de mon bébé. Il existe dorénavant des tentes, des abris et des housses pour poussettes, moustiquaires. Il s’agit de la meilleure protection. Il est possible de faire brûler certaines huiles à l’extérieur pour diminuer l’attrait des moustiques pour votre appétissant poupon. On peut également appliquer de l’huile de lavande sur les vêtements du petit. Si vous tenez à utiliser un produit répulsif mais que vous préférez les produits naturels comme les bases d’huile de citronnelle ou de lavande fine, sachez ceci. Santé Canada a craint la citronnelle en 2004, à cause de la présence possible de méthyl eugénol. Cependant, les recherches ont permis de se rassurer alors que les insectifuges visés par un éventuel retrait n’en contenaient pas. Fuyez les produits jumelant écran solaire et insectifuge puisque les applications respectives des deux produits ne concordent pas: aux deux heures pour la protection solaire et une seule fois par jour pour l’utilisation d’un insectifuge contenant du DEET sur un bébé.

Si votre trésor s’est fait piqué, pas de panique! Mon meilleur truc demeure celui-ci : un peu de bicarbonate de soude mélangé à de l’eau pour en faire une pâte. Vous appliquez le cataplasme et le laissez en place au moins 5 minutes. De cette façon, vous diminuez la douleur et aspirez le venin restant, le cas échéant. J’adore la Crème Bobos de la compagnie québécoise Souris verte pour tous les petits bobos, y compris les piqûres. Les ingrédients qu’elle contient soulagent la démangeaison et peuvent prévenir une éventuelle infection.

Ne reste plus qu’à souhaiter que la pluie se tanne de tomber pour pouvoir en profiter de cet été! Amusez-vous bien! 🙂

Sources

Environmental Working Group (EWG)

Protégez-vous, juin 2010