Les saignements sont un cauchemar pour la future maman; aucune d’entre-elles ne veut apercevoir un peu de rouge dans son sous-vêtement ou sur le papier hygiénique. Panique assurée! Pourtant, ils sont assez fréquents et les causes sont multiples. Loin d’être toujours de mauvais augure, il ne faut néanmoins pas les banaliser. Je vous propose aujourd’hui d’y voir un peu plus clair, tout en insistant sur le fait qu’il vaut mieux, dans le doute, vérifier avec votre donneur de soins.

C’est en début de grossesse que la plupart des femmes en feront l’expérience. Autour de la date prévue des règles, on les nomme « règles anniversaire ». Ces saignements, moins abondants que des menstruations normales, ne sont généralement pas inquiétants. Lorsque l’embryon s’implante, il creuse son nid à travers la paroi utérine ce qui provoque un écoulement sanguin. Plus souvent qu’autrement, ce ne sont que des traces rosées ou brunâtres qui dureront de quelques heures à quelques jours. Elles peuvent être accompagnées de tiraillements, et plusieurs femmes rapportent avoir eu une sensation de lourdeur ou même une douleur semblable à la douleur prémenstruelle. Évidemment, ça travaille là-dedans! Il arrive que le spotting se poursuive ou se présente de façon intermittente au cours des premières  semaines. Il est impossible d’assurer quiconque a des saignements à ce moment, même légers, que la grossesse ne s’est pas arrêtée ou ne s’arrêtera pas. Par contre, tant que les pertes demeurent brunâtres et non-accompagnées de crampes importantes, il ne sert à rien de s’inquiéter outre mesure. Si, au contraire, elles sont rouge clair ou foncé, ce n’est pas une garantie du pire, mais cette situation est plus inquiétante. Dans certains cas, une échographie permet de voir la source du saignement et comment se porte le bébé. Autrement, la seule chose à faire (et la meilleure), est de faire confiance.

Au deuxième et troisième trimestre, il est vrai que les saignements ne doivent pas être pris à la légère. Cependant, le contexte fait toute la différence. Une perte sanguine peu importante après une relation sexuelle ou un examen vaginal peut être tout à fait normale. Le col est hyper vascularisé et de petits capillaires peuvent éclater sous stimulation. L’écoulement n’est pas abondant et s’arrête rapidement, mais il est généralement rouge clair pour devenir brunâtre par la suite. Si vous subissez des saignements après chaque relation sexuelle, discutez-en avec votre sage-femme ou votre médecin: un placenta prævia pourrait en être la cause, entre autres. Des fibromes ou des polypes utérins provoquent des saignements répétés dans bien des cas. Une investigation et un suivi sont nécessaires si les pertes sanguines apparaissent fréquemment, même si elles sont assez légères. Un écoulement sanguin modéré à important qui arrive subitement, après une chute ou non, est un signal d’alarme. Les causes peuvent être aussi variées qu’un petit vaisseau éclaté à un décollement placentaire. Ce n’est alors pas à vous de juger s’il y a danger ou non, il vous faut consulter d’urgence. Même chose si vous éprouvez des saignements en plus de serrements, de crampes ou de contractions utérines. Rappelez-vous que souvent, la situation parait bien pire qu’elle ne l’est réellement. Même si l’impact émotif d’un saignement vaginal durant la grossesse est indiscutable, gardez en tête, autant que possible, qu’il vaut toujours mieux tenter de rester calme. Je conseille généralement à la future maman, lors des cours prénataux ou de mes interventions en tant qu’accompagnante à la naissance, de parler au bébé dans ces moments d’inquiétude intense. Demandez-lui ce qui se passe, ou alors expliquez-lui pourquoi vous êtes dans cet état. Il ressent le stress et doit également être mis au parfum!

Il est plus fréquent d’avoir des saignements légers après une relation sexuelle (ou un examen vaginal) en fin de grossesse, à cause de la maturité du col. Lors de la phase de latence, en début du travail d’accouchement, les pertes sanguines légères représentent généralement un bon signe. Le col s’amollit, raccourcit et se transforme, et c’est alors que la femme observe les pertes sanguines. Le bouchon muqueux contient également du « vieux » sang, datant de la nidation. Il est donc possible, au cours des derniers miles, que vous ayez des pertes gélatineuses et épaisses, un peu comme la consistance du blanc d’œuf, et que vous y retrouviez  des traces de sang. N’hésitez pas à contacter votre accompagnante ou le professionnel qui vous offre le suivi de grossesse si vous avez des doutes. Une femme enceinte ne devrait jamais rester seule avec ses inquiétudes – pas plus que n’importe quelle femme d’ailleurs – alors si vos saignements vous font craindre le pire, n’hésitez jamais à aller à la source, et à consulter. Vous ne dérangerez personne, promis.