On n’en parle pas assez de l’après-accouchement. Pas de la nouvelle vie à trois, des beaux moments en famille et de l’amour inconditionnel. Pas de l’allaitement, du manque de sommeil ou de l’horaire complètement chamboulé. Ça, ça va… Je parle de la mère. Celle qui était enceinte il y a quelques minutes, presque adulée dans son corps de femme aux formes arrondies. Celle qui, comme bien d’autres avant, se sent étrangement vide alors qu’elle tient son bébé dans ses bras. Serait-ce parce qu’on ne s’intéresse plus vraiment à elle après la naissance?    

Socialement parlant, force est d’admettre qu’on met l’accent sur la grossesse et bien peu sur la période postpartum de la mère. « L’après » manque de glamour semblerait-il. Le bébé, la famille, sont hyper valorisés mais de manière générale, on se fout un peu des suites de couches. Le suivi prénatal très serré fait place à une absence quasi-totale d’intérêt pour la femme. Elle se retrouve dans une sorte de néant; elle n’est plus enceinte mais pas encore elle-même. Elle ne se sent pas femme, et surtout pas amante.  Le surplus de poids, le ventre flasque, le baby blues, les douleurs ici et là… Tout ça n’a rien de fringuant. C’est d’autant plus difficile qu’elle tombe de haut : tout juste avant, elle était ronde et pleine de vie et tout le monde voulait la toucher comme si elle portait chance. Et puis le bébé est arrivé… c’est lui qu’on attendait après tout!

Elle ne le verbalise sans doute pas la nouvelle maman, pourtant ce qu’elle aimerait, c’est qu’on s’occupe d’elle. Qu’on s’occupe d’elle pour qu’elle puisse pleinement prendre soin de son enfant. Elle a envie d’être dorlotée, massée et entourée. Elle veut être valorisée et pas simplement dans son rôle de mère, dans ce qu’elle a accompli également. Elle a besoin qu’on lui donne un véritable coup de main pour cuisiner et assurer les tâches ménagères. Ce n’est pas parce qu’elle est capable de jouer la superwoman qu’elle devrait le faire! Vous vous demandez comment aider votre sœur, votre voisine, votre amie? Offrez-lui du temps passé avec elle, des plats cuisinés, un coup de main pour passer l’aspirateur ou de prendre soin de l’aîné. Apportez le thé et le dîner lorsque vous allez la visiter. Et pourquoi ne pas lui faire cadeau d’un massage ou d’un soin du corps, auquel vous l’accompagnerez pour vous occuper de l’enfant pendant le dit soin? Les peluches et pyjamas pour bébé qui s’attachent dans le dos ne sont jamais une bonne idée… Je le dis comme ça, là!

Beaucoup de problèmes ou d’inconforts postnataux sont liés à notre tendance à vouloir mouvoir les nouvelles mères trop vite. Les fuites urinaires, descente d’organes, hémorroïdes et autres douleurs pourraient être évitées ou du moins, atténuées. Idéalement, la femme devrait éviter la station debout le plus possible et ce, durant les 21 premiers jours! En réalité, elle devrait passer plus de temps couchée qu’assise ou debout pour minimiser les effets de la gravité sur son corps un peu malmené. Pourtant, c’est le message contraire qui est véhiculé : on encourage les mères à se lever et se mobiliser rapidement, et à reprendre l’exercice et les tâches régulières dès que possible. Si on veut éviter les futurs problèmes, il faut permettre à ces mêmes femmes de récupérer pleinement d’abord, et quand tout est en place, de reprendre leurs activités. Être allongée ne signifie pas de rester immobile. Plusieurs exercices peuvent être faits dans cette position pour aider à masser et à replacer les organes, remonter les viscères, favoriser la vascularisation et drainer le corps. Certaines techniques de respiration sont particulièrement efficaces et pourraient vous être enseignées par votre accompagnante à la naissance. Les exercices de Kegel faits dès le premier jour aideront la guérison de la zone périnéale et la cicatrisation.

On peut bien blâmer le système de mettre une pression sur les mères pour effacer les traces de la maternité et redevenir active au plus vite, mais il faut avouer qu’en tant que nouvelle maman, on tombe dans le panneau! Beaucoup, beaucoup de femmes portent leur façade « tout va bien, je suis capable » suite à la naissance…  Même si cette image est valorisée, soyez attentive à vos propres besoins et oubliez ce qui est supposément attendu de vous. Préparez votre période postnatale durant la grossesse du mieux que vous pouvez, et vous vous ajusterez  le moment venu. Il ne faut pas hésiter à aller chercher de l’aide ou encore à accepter celle qui vous est offerte. Formulez des demandes claires, verbalisez! Faites lire ce billet à votre entourage. Soyez consciente que pour bien prendre soin de votre nouveau-né, vous devez à priori vous occuper de vous…