Mère et monde, centre de maternité

Mère et monde, centre de maternité

On est en plein dedans, le temps des Fêtes. Très rares sont les nouveaux parents qui se respectent en refusant les quelques trois milles invitations qu’ils reçoivent entre la mi-décembre et janvier. Il ne faudrait surtout pas décevoir personne! Et puis tout le monde veut voir la bette du petit dernier… Bien sûr c’est le temps des réjouissances et comme parent tout neuf, vous avez envie de voir les amis et la famille pour fêter un peu. Alors comment le faire en tout respect de votre enfant qui lui, n’en a rien à faire des rigodons et de la tourtière?   

Vous auriez tort de croire que les très jeunes bébés ne sont peu ou pas affectés (ou conscients) par le brouhaha des réunions familiales. Je crois que ce sont eux qui en souffrent le plus. Ils ont tout juste établi certains repères dans leur nouvel environnement extra-utérin. L’odeur de leurs parents les rassure, la chaleur de leur contact aussi.  Ils ont besoin de calme et de douceur, et de peu de stimulation. À l’inverse, les odeurs inconnues, les bruits forts et l’agitation ambiante les insécurisent. Face aux multiples parfums qui se mélangent, aux visages étrangers qui défilent, aux tournées de bras et aux petits cousins qui courent partout, certains nouveau-nés réagiront très fortement en temps réel, et d’autres feront payer leurs parents plus tard. C’est donc dire qu’il y a des bébés qui relâchent leur stress au moment où ils le vivent et des bébés qui accumulent et explosent après coup. Ces derniers ont parfois l’air de s’y plaire même, au party de famille! Prenez alors quelques précautions peu importe le tempérament présumé de votre enfant.

Premier conseil pour vous : établissez à l’avance vos attentes et certaines règles avec l’autre parent, puis avec l’entourage. Peut-être y’en aura-t-il quelques-uns pour s’en trouver froisser mais la réaction des autres ne vous appartient pas. C’est votre enfant. Formulez vos demandes au « je » en insistant sur vos sentiments par rapport à la situation : c’est toujours une formule gagnante. Vous pourriez ainsi dire « je serais plus à l’aise si on faisait ça plutôt que ça cette année ». Il ne faut pas non plus hésiter à refuser certaines invitations pour vous consacrer à celles qui vous tentent vraiment. Autrement, qui aura la langue à terre pour s’être évité de dire non? Et rien ne vous empêche de proposer d’autres avenues à vos proches. Pourquoi pas un brunch plutôt qu’un souper? Vous et votre bébé serez plus en forme et vous vous éviterez les tétées groupées en public. Ou encore faites comme moi, et organisez un repas chez-vous où tout le monde apporte un plat et vous aide à faire la vaisselle. Vous aurez des restes en plus, ce n’est pas merveilleux? Si votre famille est à l’extérieur et que vous craignez de vous sentir envahi dans votre intimité en créchant chez eux, il y a toujours l’option de la chambre d’hôtel. En général, les gens comprennent quand on évoque les nombreuses tétées nocturnes ou notre besoin de dormir un peu plus le matin. Sans compter qu’il est plus facile de se retirer en pleine fête pour aller au lit si notre lit n’est pas couvert de manteaux…

Vous vous sentez d’attaque pour le traditionnel réveillon? Assurez-vous d’avoir un endroit pour vous retirer avec l’enfant lorsque l’un ou l’autre aura besoin de calme. Le coucher dans une pièce à part, s’il est jeune, n’est pas une solution. Il a besoin d’être près de vous. Le porte-bébé devient alors très pratique, parce que Trésor peut dormir au chaud contre vous et vous aurez les mains libres pour picorer dans les hors-d’œuvre. Les autres respectent plus facilement la proximité du petit avec ses parents lorsqu’il est porté par ceux-ci. Faites attention aux microbes : les réunions familiales font d’excellents party de virus. Personnellement, je n’éprouve aucune gêne à demander aux gens de se laver les mains avant de toucher à mon jeune bébé, ou alors à annuler ma présence à une fête où un invité est malade. Même si ce n’est qu’un rhume… Un rhume sur un enfant âgé de quelques semaines, on repassera. Limitez à tout prix les tournées de bras parce qu’elles sont vraiment insécurisantes pour votre petit. Les gens comprendront, et s’ils ne comprennent pas… tant pis! Un adulte est un adulte et un nouveau-né… un nouveau-né. Il faut savoir passer par-dessus ses envies de « câtiner » dans le respect de l’enfant. L’an prochain, ce sera sans doute différent alors patience famille, patience!

Bon réveillon à tous et à toutes!